Discut tout sujet !

Ici on parle de tout ! Actualité, Cinéma, Musique, Voyages, Amitié, Mode, Sport ...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Convention des Nations Unies contre la corruption

Aller en bas 
AuteurMessage
etat de droit-democratie
Loona Tik


Nombre de messages : 128
Localisation : Clermont-Ferrand (France)
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Convention des Nations Unies contre la corruption   Lun 13 Fév à 15:28

Convention des Nations Unies contre la corruption




Il est temps que tous les pays la ratifient.



L'histoire rocambolesque de ce gouverneur d'un État du Nigeria qui a fui la Grande-Bretagne déguisé en femme pour ne pas avoir à comparaître devant un tribunal pour blanchiment d'argent a été traitée avec quelque légèreté par la plus grande partie de la presse mondiale.



Et pourtant la corruption dans les hautes sphères du pouvoir est une réalité qui ne prête pas à sourire. Chaque année, dans le monde entier, des milliards de dollars dont on a cruellement besoin pour la santé, l'éducation et le développement économique disparaissent des coffres des États.



La corruption attaque les fondements des institutions démocratiques en faussant les processus démocratiques et en trahissant les principes de l'Etat de droit. Elle décourage les investissements étrangers et freine la croissance économique. Dans de nombreux pays, la corruption des agents publics est l'une des principales causes de la perte de crédit des gouvernements et fait le lit de l'extrémisme politique et du terrorisme.



La corruption peut tuer, au sens propre du terme. On rapporte que l'année dernière des terroristes ont pu, moyennant des pots-de-vin, dissimuler des explosifs à bord de deux avions qui ont explosé après leur décollage de l'aéroport de Moscou. Criminels organisés, terroristes et trafiquants de drogues - tous recourent à la corruption pour commettre leurs méfaits.



Lorsque la Convention des Nations Unies contre la corruption entrera en vigueur, le 14 décembre, le monde disposera enfin d'un outil efficace pour lutter contre ce fléau international - s'il veut bien s'en servir.



La convention est, dans la lutte contre la corruption, le premier instrument mondial juridiquement contraignant. Elle préconise l'adoption de mesures de prévention et l'incrimination des formes les plus fréquentes de corruption. Elle constitue pour la police et les magistrats une base leur permettant de coopérer pour arrêter les délinquants et les extrader vers leur pays d'origine.



De nouvelles dispositions sévères sur le recouvrement des avoirs - les premières de ce genre - font obligation aux États de restituer l'argent et d'autres biens obtenus par corruption aux pays auxquels ils ont été volés. Le temps où d'anciens dirigeants corrompus pouvaient couler leurs vieux jours dans le luxe à l'étranger, en tirant sur leurs comptes bancaires secrets est bientôt révolu. Les avoirs pillés commencent déjà à être restitués à leurs propriétaires et employés pour financer le développement.



La corruption touche tous les pays, riches et pauvres. Et comme souvent, ce sont les pauvres qui paient le prix fort. Rien qu'en Afrique, le coût de la corruption est estimé à plus de 148 milliards de dollars par an, soit 25 % du PIB annuel du continent. Des millions de gens, en Afrique comme ailleurs, sont forcés de verser des bakchichs pour obtenir des services de base tels que des soins de santé ou l'autorisation d'exercer une activité commerciale.


À Bangalore, en Inde, une infirmière a extorqué 7 dollars à des parents pour qu'ils puissent voir leur nouveau-né, somme qui représentait plus d'une semaine de salaire pour cette famille pauvre, qui a tout de même payé de crainte que la petite fille ne soit maltraitée. D'aucuns voudraient croire que la corruption est ancrée dans la culture de certains pays et qu'il n'y a donc rien à faire - cette idée est aussi pernicieuse qu'elle est fausse. Des dirigeants tels que Olusegun Obasanjo, Président du Nigeria, ont bien fait savoir qu'ils ne plaisantaient pas sur le chapitre de la corruption. Du reste, dans ce pays, de hauts responsables ont dû abandonner leurs fonctions et d'autres font l'objet de poursuites judiciaires. On trouve dans beaucoup d'autres pays, de la Slovaquie à l'Indonésie, des exemples édifiants d'agents publics, de juges et de journalistes d'investigation qui s'élèvent courageusement contre la corruption et font bouger les choses (...).



L'auteur est le Directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia
Loona Tik
avatar

Nombre de messages : 80
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Bonne nouvelle   Lun 13 Fév à 17:20

ENFIN le monde réagit...

Même si c'est un peu tard (comme toujours).

J'attends maintenant de voir si tout cela sera correctement appliqué car comme tu l'as précisé, ce sont toujours les pauvres qui trinquent, et je en suis pas certaine que les riches et les puissants se laissent faire comme ça ... confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Convention des Nations Unies contre la corruption
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAHARA OCCIDENTAL, sur les traces de l' AÉROPOSTALE.
» Rio + 20 Sommet vert des Nations Unies
» [Infographies] FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture)
» Le backchich ou Bakchich ou pot de vin ou corruption
» Chaux contre Ciment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discut tout sujet ! :: Actualité :: Monde :: Des news du monde-
Sauter vers: